Deux mois et demi après le début de la «révolution» égyptienne, l'armée a repris le pays en main. Interpellations, tortures et jugements expéditifs d'opposants se multiplient.

Sur le grand drapeau égyptien qu'il agite tous les soirs sur le grand rond-point de la place Tahrir, symbole de la «révolution du 25janvier», Amin, 32ans, a inscrit ces quelques mots: «Le combat continue». Comme lui, ils sont une centaine à venir crier que la révolution n'est «pas terminée». Révolution? Le mot arrache sourires ou soupirs. «Une révolution, ça fout en l'air un système. En Égypte, le régime est toujours là. Rien n'a changé», tranche Rabha Attaf, journaliste franco-algérienne rencontrée auCaire. [/HERVE-CH-N]

5.000 interpellations

Pour cette spécialiste du monde arabo-musulman, «la véritable épreuve de force commence maintenant». «C'est le retour de la terreur», estime-t-elle, pointant du doigt «la multiplication des disparitions d'opposants» dans le pays. Et quand ils ne disparaissent pas, ils sont arrêtés, souvent torturés, et jugés de manière expéditive par des tribunaux militaires. Plusieurs sources avancent le chiffre de 5.000 interpellations (*) depuis la révolte de février. Le 9mars dernier, au lendemain d'une manifestation qui aurait rassemblé près de 500.000 personnes, la place Tahrir a de nouveau été évacuée de manière violente par une centaine d'hommes en civil. L'armée a arrêté près de 200 manifestants. Parmi eux, dix-huit femmes qui demandaient à être plus représentées dans les instances qui préparent l'avenir de l'Égypte. «Pour les faire passer pour des prostituées, l'armée leur a fait subir des tests de virginité, assure une autre journaliste. C'est la pire des insultes pour une femme et une famille. Il n'y avait pas meilleur moyen pour intimider et dissuader...».

Gangs armés

La terreur prend aussi d'autres formes. «On assiste à une montée impressionnante de l'insécurité, témoigne, auCaire, Marc Lavergne, directeur du Centre d'études et de documentations économiques, juridiques et sociales (CEDEJ), une structure financée par l'État français. Avant, LeCaire (20millions d'habitants) était probablement l'une des métropoles les plus sûres au monde. Aujourd'hui, on constate que des petits groupes armés font irruption dans les quartiers et pillent les habitants. Sur les routes, des voitures sont arrêtées et volées. Les enlèvements contre rançon se multiplient aussi, égrène-t-il. Du coup, les gens n'aspirent qu'à une chose: que le calme et l'ordre reviennent». Et l'ordre, c'est l'armée. «L'économie, c'est l'armée. La corruption, c'est l'armée. Tout nous ramène à l'armée. C'est elle qui contrôle tout», martèle Rabha Attaf. Au sein de la population, les militaires jouissent pourtant d'une très bonne cote. «Ils ont fait le coup du gentil (l'armée) et du méchant (la police), analyse la journaliste. Mais les gens commencent à comprendre...». Une dizaine de candidats a déjà émergé pour les futures élections présidentielles. Pour Rabha Attaf, «tout est pratiquement joué d'avance». «Ici, pas besoin de bourrer les urnes. On bourre les têtes», commente-t-elle, évoquant les quelque 40% d'analphabètes que compte le pays. Amin, lui, a un diplôme d'informaticien. Il n'a pas de boulot, mais ses convictions sont inébranlables. «Les choses peuvent encore bouger, il faut maintenir la pression».

* Les estimations du CEDEJ font état de 1.000 à 2.000 tués pendant la révolution et près de 12.000 blessés graves.

  • De notre envoyé spécial Hervé Chambonnière